Publié dans Uncategorized

Incroyable Croatie en fin septembre (part 1)

 

 

Pour commencer, je vous dis un grand bonsoir, depuis ma tente, installée sous notre bâche, qui nous protège, moi et Marine, de la pluie de Croatie. J’écris ces premières lignes le 18 octobre, alors que l’automne commence à s’installer… Mais, j’ai beaucoup de choses à vous raconter depuis notre arrivée en Croatie , qui se sont, pour la plupart, passées sous le beau soleil Croate, avec en toile de fond le bleu turquoise de la mer adriatique. Cela fait 3 semaines que nous sommes en Croatie, et depuis que j’ai découvert ce pays je me répète « Incroyable Croatie! ». Reprenons depuis le début….

 – ITALIE to CROATIE, La grande traversée –

Marine et moi, en ce dimanche 25 septembre, nous rendons au port de Venise afin de charger nos belles bicyclettes dans un bateau direction Porec, en Croatie. Certains diront  » vous trichez! », nous répondrons « oui, et alors ? ». Le voyage en bateau est tout comme un voyage en avion, mais quand même moins polluant, et autant vous dire, qu’avec notre attirail, ce n’est pas tout évident. Nous répétons environ 3 fois la manip du charger – décharger le vélo, avec en bonus toutes les affaires « dangereuses » type gaz, couteau, tournevis, clé à rayons… à enlever des sacoches! Patience… En revanche, nous sommes impressionnées par le nombre de kilomètres que nous parcourons en …3 heures. Le bateau nous propulse dans un autre voyage, vers un pays que nous ne connaissons pas encore!

Nous arrivons à Porec, en Croatie, à 20h30… Ambiance vacances encore dans ce petit port. Munies de nos gilets jaunes et nos frontales, nous partons à la recherche du camping 5kms plus loin, et il semblerait que nous plantions nos tentes, juste au bord de la mer!

– La découverte surprenante de la Croatie –

Le lendemain nous nous réveillons avec vue sur la mer, turquoise et transparente… Belle première impression. Grandes cyclistes que nous sommes, nous ne goûtons pas l’eau puisque nous avons hâte de pédaler. Mais c’est 2h plus tard, pour le pic-nic, que nous trouvons une embouchure, dans laquelle, nous sommes seules à nous baigner, température eau ressentie 22°C. Nous nageons dans le bonheur, c’est le cas de le dire! En ce lundi 26 septembre commence notre ballade Croate pendant laquelle nous trouvons un petit rythme de croisière : baignade dans les criques, café dans les villes, vue imprenable sur la mer et les îles , et dénivelé bien présent, parfois 650 m par jour, mais doux, et donc agréable! Ainsi nous parcourons la région de l’Istrie…en passant par Rijeka, Senj.

Le mercredi 28 septembre, nous fêtons nos 1000 kms, devant le coucher de soleil, et avec une Karlovacko, 1L de bière à 1e, dans un camping malheureusement désert… Nous trouvons quand même un couple d’italiens, compréhensifs quant à notre envie de faire la fête en ce jour prestigieux, et qui nous fournissent en bières!

– Soir = bivouac = expériences ! –

Oui, je dois vous en parler puisque le bivouac est ma plus grande crainte pour l’instant, nous nous dégottons différents coins…
– Un soir c’est un voyageur allemand qui nous amène au plus beau spot de bivouac que nous ayons eu jusqu’alors, une petite place en herbe devant une chapelle, surplombant la mer de 150 m de haut, sur les falaises d’Istrie.

– Une autre fois, désespérées de ne pas trouver de point d’eau et de place pour poser la tente, je vois sortir un enfant de chez lui, je lui saute dessus pour lui demander son jardin… cette fois ci la mission nus et culottés fonctionne!

– Une autre fois, nous poussons nos vélos jusqu’à une colline rocailleuse , où nous réussissons tant bien que mal à planter nos sardines entre les cailloux. Ce soir là Marine me dit avoir entendu un cochon, je pense qu’elle essaie de me cacher qu’un sanglier a bien failli nous foncer dessus en pleine nuit!

– Une autre fois, nous plantons la tente sous des oliviers, dans un champs qui semble être fait pour le camping, et nous nous organisons une soirée ciné emmitouflées dans nos sacs de couchage, avec en toile de fond un grand ciel étoilé!

– Et comble du comble… Vendredi 30 septembre, nous faisons les malignes, en décidant d’éviter la grande route passante, qui nous agace, et en prenant la direction de la montagne… Bien sûr c’est une journée sportive avec un petit 850 m de dénivelé (eh oui les cuisses en prennent un coup!) mais tout à fait sympathique puisque nous sommes seules dans les montagnes , et en compagnie un moment de chevaux non parqués. Je me vois déjà dans les steppes de Mongolie!

Ce soir là, nous trouvons un parfait spot de bivouac, dans un grand champs avec herbe tondue par les moutons. Nos bouteilles sont remplies, on a de quoi se laver au bidon, on joue un peu d’harmonica… Et puis vient l’heure d’aller se coucher. Depuis la tente, dont les parois restent fines, j’entends les chiens des maisons environnantes aboyer sans cesse… Rien que ca, ça me tend, c’est pour dire. Et, sortis de nulle part, j’entends des hurlements plus longs, plus aigus que les chiens… »c’est pas des loups quand même? ». Ils excitent les chiens, qui excitent les loups, qui ne sont pas loin, et moi dans ma tente je panique! Je réveille mon acolyte et lui dit « c’était des loups ça ? », ce à quoi elle répond sereine et endormie « non, ça doit être des coyotes, et puis on est pas loin de la route ». Oui, La route où passe une voiture toutes les 2h! Merci Marine pour cette fine analyse ! Bon… Je respire, je respire, j’imagine quoi faire si ils viennent renifler ma tente … Je ne trouve pas de solutions à mon problème, je lâche l’affaire, prends mes fleurs de Bach, réussit à m’endormir, et surtout à me réveiller en vie! Ma nuit aura été quand même peuplée de rêves de loups, et Marine ne se souviendra de rien le lendemain.

– Les rencontres parfaites –

le samedi 1er octobre, nous nous préparons à prendre la pluie. Cela fait 3 nuits qu’on se dégotte des bivouacs, plus ou moins sympas, donc pour la nuit prochaine, ce sera retour au grand luxe dans une chambre chez l’habitant. Mais cette journée nous réserve un bien autre sort… Alors que nous venons de décider de prendre un ferry pour l’île de Pag, nous nous faisons rattraper par Yuren, cyclo Belge, qui voyage seul. Il va dans la même direction que nous, et nous décidons de chercher un appart tous les 3 une fois arrivés sur l’île. Petit café, traversée en ferry puis nous roulons 10 kms sous une grosse pluie dans des paysages désertiques, lunaires pour atteindre le village de Jablanac.

Nous nous arrêtons , trempés, au 1er supermarché, pour nous ravitailler et fêter cette 1ère rencontre inter-cyclos. Surprise, nous rencontrons encore 2 autres cyclos espagnols, qui regardent tomber la pluie, à l’abri. Le temps de faire les courses et d’attendre la 1ère accalmie, nous décidons de chercher un toit tous ensemble pour ce soir. Pour cela nous déferlons dans les cafés de la ville, et cherchons la perle rare… Que nous trouvons! François, un Croate d’une soixantaine d’année, qui nous dit oui pour 2 ou 3 personnes dans un premier temps, puis qui nous paie l’apéro et qui finit par nous amener tous les 5, dans son petit appart qu’il loue l’été. Les 2 espagnols dormiront dans les transats sous l’abri dehors, ce qui ne les dérange pas le moins du monde, puisqu’ils dorment toutes les nuits sans tente ! Nous passons cette fin de dimanche, autour d’un casse croûte, en ballade des la première éclaircie, à se cuisiner un petit plat pour le soir, comme un dimanche en famille… François semble être autant ravi que nous! La journée continue avec la sortie dans le bar du village, où nous découvrons la travariska, alcool à base d’herbes, et où nous finissons par danser sur de la musique croato-francaise-espagnole. Nous nous faisons gentiment sortir par le barman (sinon on y serait rester toute la nuit!) sur une chanson de Joe Dassin, artiste français bien connu des Croates. Nous rentrons tous les 6 bras dessus, bras dessous, comme si nous étions de vieux amis…

Le lendemain, nous nous retrouvons autour d’un mega breakfast, et c’est lors de la percée du soleil que nous disons au revoir et un grand merci à François, sans qui ces dernières 24h n’aurait pas été si belles. Ce jour nous décidons de faire la route ensemble, et de tenter avec nos amis cyclos notre 1ère nuit à la belle étoile. Autant vous dire qu’ils ralentissent quelque peu leur rythme pour nous, mais on forme une équipe pour une journée. Et les paysages de l’île de Pag sont incroyables, toujours désertiques et lunaires, avec le bleu de la mer derrière.

Le soir, nos amis espagnols nous trouvent un champs , dans lequel on aura une belle discussion sur le voyage, nos envies, nos désillusions… Pablo et Tito ont déjà beaucoup voyagé, ils se sont fait courser par un hippopotame en Afrique , ont sorti leur réchaud à gaz devant une bande de hyènes, ont vécu 2 mois avec une tribu amérindienne, ont fait la transatlantique avec leur propre voilier … Des expériences qui me donnent confiance, et qui m’impressionnent. Plus besoin d’avoir peur des loups maintenant ! Et puis surtout, ils veulent une autre société, ils ne croient pas en notre système (alors que Pablo est Medecin!) et après avoir tenté une expérience en autogestion en France, qui a échouée car cela demande trop de ressources financières d’après Pablo, ils ont acheté une terre en Colombie, où ils souhaitent y vivre en autonomie. Peut-être ira-t-on les voir si nous traversons le Pacifique? Autant vous dire qu’après une telle discussion et un ciel scintillant d’étoiles, il m’est difficile de fermer les yeux, même si je n’ai pour une fois pas peur des animaux qui traînent autour ! Je me réveille quand même à 4h du mat, pour constater que mon sac de couchage est trempé de l’extérieur… « Il nous manquait des arbres pour nous protéger de l’humidité » nous diront les pros de la belle étoile ! Nous leur disons au revoir le matin , et reprenons la route à 2, un peu tristes de les quitter…

– Retour au confort –

Après ces 10 jours de pédalage, nous gagnons la petite ville de Rogoznica, où mon frère, ma mère et ma sœur Marine doivent nous rejoindre pour une semaine de farniente. Le jour où nous atteignons le village la côte est encore et toujours magnifique sous le soleil, mais le froid s’installe, la nuit tombe déjà tôt… Nous pensons à notre après farniente, où les conditions climatiques risqueront de se dégrader… Mais en attendant nous trouvons la maison réservée via l’échange de maison de ma mère, et retrouvons le confort d’un lit, d’un canapé avec couverture, d’une cuisine, d’une douche presque chaude. Tout le confort habituel à un autre goût pour moi, je savoure d’autant plus les petits riens du quotidien, comme se faire des crêpes au ptit dej!

– Vacances en famille –

Et oui, je leur manque déjà tellement qu’ils viennent me retrouver des qu’ils le peuvent n’est ce pas?! En tout cas ils ont choisi la bonne destination, car la Croatie est vraiment un pays à parcourir, et même si Flo vous dira qu’il a fait moche, il est quand même hyper content de passer des petites vacances avec sa maman et sa sœurette, et faire le guide touristique hyperactif !

Ainsi nous découvrons tous ensemble le village de Primosten et ses magnifiques plages où Flo fait sa première baignade…

Puis la ville de Sibenik et ses vins, qui sont soit dit en passant bien moins bons que les vins Français…

Ensuite le parc Krka avec ses rivières et falaises…

Puis, la ville de Split sous un grand soleil avec resto fruit de mer à l’occasion de mes 25 ans, et la magnifique ville de Trogir sous la pluie.

Et enfin,l »île de Brac et notamment le village de Bol avec sa plage très connue, et surtout son port sympathique et ses bars.

Nous nous baignons plusieurs fois dans la mer adriatique, et ce jusqu’au 18 octobre! Nous regardons aussi parfois des jolis coucher de soleil…

Pendant ses vacances parfois pluvieuses, nous nous mettons parfois à la cuisine, et nous faisons un peu d’histoire.D’ailleurs voici un mini-topo d’histoire : la Croatie est indépendante de la Yougoslavie depuis 1991, ce qui a débouché sur un conflit serbo-croate de 91 à 94. La minorité serbe ne voulait pas de cette indépendance puisqu’elle avait un meilleur statut en faisant partie de la Yougoslavie. Après ce conflit, la Croatie a très bien rebondi en développant le tourisme, et sur la côte il n’y a aucune trace du conflit serbo-croate. Tout est tourné vers le tourisme, et ils ont bien raison de vouloir faire découvrir leur pays, j’espère juste qu’ils réussiront à préserver le côté sauvage de la Croatie, car il y a des petites parties que j’ai trouvé un peu trop privatisé et un peu trop bitumé…. La Croatie fait partie de l’UE depuis 2013, mais n’a pas l’euro.

Voila, de belles vacances avec la famille, mais en ce lundi 17 octobre, il est maintenant l’heure de se dire au revoir, et comme à chaque fois dans ces moments là, la gorge légèrement nouée, je me dis « mets les voiles et pédale ! « .Et heureusement, ma compagne de voyage est toujours à mes côtés…  Suite au prochain épisode!14800694_1331238780240118_283066249_n

7 commentaires sur « Incroyable Croatie en fin septembre (part 1) »

  1. Ah là là, que de rêves pour moi qui n’y suis jamais allée…
    J’espère que maintenant il ne fait pas trop froid parce que chez nous ça y est c’est l’hiver…

    Bisous et à bientôt sur le prochain message

    J'aime

  2. hello les filles!!!
    Je ne ferais pas de grands blablablas, juste un petit mot pour dire que vous faites plaisir à voir!

    les photos sont effectivement belles, mais vous vous respirer tellement le bonheur de vivre à fond. wouhaaa comme c’est beau la vie !!!!
    ici les premières sont arrivées sur les sommet.!!
    Bises un peu fraîches.
    valérie o

    J'aime

  3. Géniaux tes articles sur la Croatie ! On vit ton trip avec toi en les lisant. Papa dit : « un grand merci pour ces supers photos, qui font découvrir la Croatie pour ceux qui n’y sont pas allés ! « . Pour ma part, je crois qu’ils m’ont convaincu de venir vous voir au Kosovo 🙂 Bisous ! Marine

    J'aime

  4. Yes sur mon smartphone j arrive a te laissé un message depuis le blogspot alors que sur tablette non
    Super votre voyage c’est fantastique de vous suivre si bien alors bonne chance et à très bientôt bises Ghislaine

    J'aime

  5. Merci pour toutes ces explications, ces photos, ces sourires, ces couchers de soleil… on a envie d’être avec vous! Impatiente de lire la suite!

    J'aime

  6. Coucou Ana !!!
    Magnifique récit, c’est merveilleux de pouvoir vous suivre dans vos aventures. Les paysages sont vraiment beaux et vos rencontres donnent chaud au cœur, une expérience unique que tu vis et que tu nous fait partager. Merci pour ce partage et bon courage a vous deux, continuez bien.
    J’attends avec impatience le prochain épisode.
    Bisous, à plus.
    Céline.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s